1. »
  2. Interprétation des...
  3. »
  4. Quelques exemples...

• Interprétations de deux rêves :

1/ Il y a un an, une sœur me raconte un rêve qu’elle a fait sur sa cousine : « j’ai rêvé que ma cousine portait des lunettes et qu’elle rigolait, en sachant qu’elle n’arrive pas à tomber enceinte et qu’elle fait des fausses couches ».

Interprétation : la prochaine grossesse aura lieu bientôt, ça sera la bonne et elle arrivera à terme.

J’apprends aujourd’hui que l’interprétation du rêve s’est réalisée et que la grossesse arrive bientôt a terme.

Explication : une femme mariée qui se voit en train de rire dans un rêve, peut-être lié a une grossesse

« Sa femme était debout, et elle rit alors; Nous lui annonçâmes donc (la naissance d’) Ishaq (Isaac), et après Ishaq (Isaac), Ya’qub (Jacob). » (S11V71)

Un autre élément renforce l’interprétation, qui est est le fait qu’elle portait des lunettes. Nous portons des lunettes pour reposer notre vue.

Et Allah dit : « et qui disent: « Seigneur, donne-nous, en nos épouses et nos descendants, la joie des yeux, et fais de nous un guide pour les pieux ». (S25V74)

2/ Un frère me dit : « j’ai rêvé que je sortais du dessous d’une grosse pierre plein d’escargot »

Interprétation : Sans le questionner, je lui dis : tu en as plein sur le cœur et tu décideras bientôt de dire aux personnes concernées, tous ceux dont tu as envie de dire ». il me confirma l’interprétation en me disant qu’il est exactement dans cette réflexion.

Interprétation : la pierre parfois peut être interprété par la bouche, car « hounjoura » en arabe désigne la gorge, endroit où se trouvent les cordes vocales. Nous retirons de « hounjoura » une seule lettre, qui devient alors « hajra/pierre ».

Ce terme est aussi utilisé dans le coran, « …et les cœurs remontaient aux gorges… »(S33V10) wa balaghatil kouloub el hanajir.

Un homme a dit à Ibn sirine : « j’ai rêvé qu’un énorme taureau sortait d’une pierre ». Ibn sirine lui dit, tu sors des paroles (mauvaises paroles) énormes et irréversibles de ta bouche.

L’escargot est comparable à la langue, qui est utilisée pour parler. Une langue se roule et se déroule, de même que l’escargot. L’escargot est baveux, de même que la langue.

•Firassa de deux personnes en face a face :

1/ Il y a un an, assis dans un restaurant, je commande de quoi manger, j’analyse le visage et la démarche d’un serveur d’un certain âge que je ne connais pas et à qui j’adresse la parole pour la première fois. Je l’interpelle donc et je lui dis : « excuse moi, aurais-tu deux minutes à m’accorder, j’aimerais te dire certaines choses et j’aimerais avoir confirmation ». Il accepte. Je lui dis : « tu es un homme marié, tu as une ou des filles que tu aimes énormément et tu as beaucoup de soucis avec ton épouse, vrai ? »

Il me répond : « oui j’ai 5 filles que j’aime beaucoup, et j’ai deux épouses avec qui je suis souvent en conflit ». J’ai eu après cela, l’impression qu’il voulait que l’on discute un peu plus, mais j’ai senti qu’il était gêné d’engager la discussion devant d’autres clients. Je quitte le restaurant après quelques minutes.

•Explications :

Je vais expliquer superficiellement sans donner les détails. Les traits du visage d’un homme qui s’adresse souvent à des filles ne sont pas les mêmes que celui qui a que des garçons.

Remarque : cela ne veut pas dire qu’il a des manières féminines ou dans ce sens là, bien au contraire.

Sa manière de marcher et de servir, m’ont aussi montré qu’il avait des problèmes conjugaux. Son regard et le son de sa voix m’ont convaincu qu’il subissait, et non le contraire.

2/ J’ai fait la rencontre avec un frère célibataire pour la première fois, avec qui j’ai échangé quelques phrases sur le sujet des épreuves dans la vie d’ici bas les récompenses dans l’au-delà, etc.. Et ce, sans rentrer dans des discussions familiales ou personnelles. Après quelques courtes minutes de discussion je lui dis : « akhi je peux te questionner ? tu me confirmes si j’ai raison ou non . » il me dit : « oui tafadal ». je lui dis : « chez toi, les femmes sont plus nombreuses que les hommes, tu es celui qui a eu le plus de responsabilités et tu as déjà rêvé du prophète salla Allahou 3aleyhi wa salam ».

Il fut un peut choqué, me regarde d’un regard très rond et me confirme la totalité.

• Explications :

Les expressions qu’il utilise, sa voix (qu’elle soit très grave ou moins grave), et sa manière de s’asseoir m’ont confirmé qu’il avait plus de sœurs que de frères. Le fait que j’ai su qu’il avait rêvé du prophète sallAllahou aleyhi wa salam, reposait sur le fait qu’une lumière éclatante occupait son visage (un nour), ainsi que son exaltation pour la parole d’Allah et de son prophète qui reflètent la piété. Il ne laisse pas une poussière se poser sur le coran et observe le silence lorsque des hadiths ou versets sont récités, etc…

« …Et quiconque exalte les injonctions sacrées d’Allah, s’inspire en effet de la piété des cœurs. »(S22V32)

Un autre point, étant sa modestie. Sachant qu’il a mémorisé le coran dans son intégralité et ce, par cœur, il a toujours détourné mes questions comme par exemple lorsque je lui ai demandé en combien de temps il a fini sourate la vache.

Le comportement suivait aussi les actions. Un hadith mentionne le fait que le prophète saws a dit : « Ceux parmi vous qui seront le plus proches de moi le jour de la résurrection et que j’aime le plus sont ceux qui sont dotés des meilleurs caractères »[At-timidhi n°2018, authentifié par albani].

J’en ai donc conclu qu’il avait déjà rêvé du prophète saws car il était proche de lui de par son comportement.

Ps : il est tout à fait possible avec la firassa, de savoir si un frère est vierge ou non, rien qu’en le regardant parler, en s’aidant des traits de son visage. Plus de détails sont à venir..

« Voilà vraiment des preuves, pour ceux qui savent observer! »(S15V75) [tafssir/explication du verset a l’unanimité des savants de l’exégèse du coran : les gens de la firassa]

Votre frère en Allah

A propos de Tafsir Al Ahlam

Un site vous donnant accès à certaines sciences islamiques telles que la firassa et l’interprétation des rêves entre autres, connues de nos pieux prédécesseurs mais méconnues voire inconnues de la grande majorité des musulmans de notre époque.