1. »
  2. Firassa et...
  3. »
  4. La firassa...

Tout comme la femme, il est possible de savoir si l’homme est vierge ou non, à travers la firassa. Comme vous le savez, la seule manière médicalement parlant de confirmer la non-virginité d’une personne ou son contraire, c’est par le biais de l’hymen qui n’est visible que sur la femme, et qui se confirme qu’après le mariage.

Vous vous posez certainement la question : « À quoi sert de savoir si une personne est vierge ou non ? »

Par exemple, lorsqu’une sœur qui s’est repentie d’un passé noir, est en pourparlers avec un frère dans l’optique de se marier, il se pourrait qu’elle soit mal à l’aise face à certaines questions sur sa virginité. Surtout venant d’un frère qui exige comme condition une femme vierge, ce qui est totalement légitime, de la part de la femme ou de l’homme.

Lors d’une moukabala (rencontre), il est inutile de mettre mal à l’aise une sœur avec ce genre de questions. Sa voix, sa manière de s’assoir, de marcher, les termes qu’elle utilise lorsqu’elle s’exprime, un endroit bien défini dans ses yeux, et surtout, son regard et les traits de son visage, permettront de connaitre la nature de sa virginité. Pour les plus expérimentés, l’« aura » qu’elle dégage peut suffire pour être fixé (je parlerai inchaa Allah de « l’aura » sur un autre post).

Mais qu’en est-il pour l’homme ?

Personnellement, j’ai trouvé qu’il m’était un peu plus compliqué d’expérimenter cette firassa sur l’homme que sur la femme. En effet, chez la femme, énormément de points clefs m’ont permis de trouver réponse à la question. Par contre, chez l’homme, ces éléments clefs ne sont pas nombreux.

Je vais donner quelques exemples de firassa effectuée sur plusieurs hommes, en prenant soin de ne pas dévoiler leur identité. Je remplacerai donc leur prénom par des surnoms. En l’espace de quelques semaines, j’ai expérimenté cette firassa sur 15 frères, et je me suis trompé deux fois.

1/ Choux-fleur, 33ans.

« Tu es vierge, et il n’y a pas très longtemps, tu regardais sur internet des choses haram. »

Choux-fleur : « Faux, je suis tombé dans le péché une seule fois et je m’en suis repenti. Par contre, tu as raison sur le visionnage de choses haram, j’ai arrêté il y a un moment ».

– Analyse : Ses yeux et surtout son regard ainsi que sa manière de marcher m’ont convaincu qu’il visionnait des choses honteuses. Ses réactions avec les gens m’ont permis de comprendre qu’il n’a pas approché la fornication. J’y étais presque, mais je me suis quand même trompé.

2/ Dracula, 39 ans.

« Tu es vierge. »

Dracula : « Oui, je confirme. ».

– Analyse : seuls les traits de son visage m’ont permis de savoir.

3/ Cicatrice, 27 ans.

« Tu es vierge. »

Cicatrice : « Faux, j’ai péché une fois et je n’ai plus jamais recommencé depuis. »

– Analyse : Ses réactions m’ont orienté vers cette réponse, mais je me suis trompé.

4/ Bryan Anderson, 30 ans.

« Tu es vierge. »

Bryan Anderson : « Je confirme. »

– Analyse : Sa personnalité à elle seule m’a permis de savoir.

5/ Victime, 29 ans.

« Tu es vierge, ta mère a été très sévère avec toi durant ton enfance, ton père t’a donné aucune affection, tu as eu de multiples dépressions à cause de certaines femmes qui t’ont fait espérer un mariage sincère. Tu leur as raconté tous tes secrets et elles t’ont trahi (en résumé). »

Abasourdi qu’il était, il me dit d’une manière fraternelle : « Oui c’est vrai, comment tu sais ? Tu es bizarre, je vais te fuir. »

– Analyse : Je le rassure en lui expliquant comment j’ai su, et le conseille pour calfeutrer ses failles. Sa manière de réagir lorsqu’il est contrarié m’a permis de connaitre la relation avec ses parents durant l’enfance. Ses relations humaines m’ont permis de comprendre la relation qu’il a eu avec des prétendantes pour le mariage. Son visage m’a suffit pour comprendre qu’il était vierge, ainsi que sa personnalité.

6/ Dent de lait, 20 ans.

« Tu es vierge. »

Il me répond mot pour mot : « Oui, je crains de la part d’Allah un châtiment avilissant. »

– Analyse : A la première seconde où j’ai vu son visage, j’ai su qu’il était vierge.

7/ Blédina, 20 ans.

« Tu es vierge. »

Il me dit : « Oui, Allah yahfadhek. »

– Analyse : Pour celui-ci, j’ai eu du mal à savoir. J’ai dû écouter sa manière de parler pendant de longues minutes pour savoir.

8/ Innocent, 26 ans.

« Tu es vierge. »

Il me répond : « El hamdoulillah qu’Allah m’a permis de ne pas m’approcher de la fornication. Si j’avais voulu, j’aurais fait des dégâts. »

Analyse : Seul son visage m’a permis de savoir.

9/ Boldman, 29 ans.

« Tu es vierge. »

Boldman : « Oui. »

– Analyse : Celui-ci était difficile. Ses réactions me faisaient comprendre qu’il n’était pas vierge, mais son visage me faisait comprendre le contraire. J’ai dû dialoguer avec lui une dizaine de minutes pour mettre fin à mes doutes.

10/ Rage, 33 ans (il a mémorisé tout le coran).

« Tu es vierge. »

Il me répond : « Al hamdoulillah, j’ai toujours fui ces choses-là depuis mon adolescence. »

– Analyse : Son visage et certains points clefs dans son comportement m’ont aidé à trouver la réponse.

11/ Peter, 30 ans.

« Tu es vierge. »

Peter : « Şah, c’est vrai. »

Analyse : Son visage et certains points clefs dans son comportement m’ont aidé à trouver la réponse.

12/ Goodman, 27 ans (il a mémorisé tout le coran)

« Tu es vierge. »

Goodman : « Comment t’as su ? »

– Analyse : Un point clef très fort dans son comportement m’a permis de savoir.

13/ Joseph, 32 ans.

« Tu n’es pas vierge. »

Joseph : « Oui. »

– Analyse : Son regard et ses points de vue sur certaines choses m’ont permis de savoir.

14/ Mizmari Dawood, 43 ans (il a mémorisé tout le coran).

« Tu es vierge. »

Il me répond : « Oui soubhanallah tu as l’œil, qu’Allah m’en préserve. »

– Analyse : Son visage et sa démarche, ainsi qu’une aura positive puissante qui émane de lui, m’ont permis de comprendre qu’il était vierge, et bien d’autres choses.

15/ Man of glasses, 24 ans.

« Tu es vierge. »

Il me répond en souriant : « Oui c’est vrai. »

– Analyse : Son visage et sa manière de parler m’ont permis de savoir.

Comme vous pouvez le constater, différents éléments clefs m’ont permis de savoir. La firassa n’est pas une matière telle que les mathématiques, mais c’est plutôt comme une pâte que l’on pétrit à la manière dont on est le plus à l’aise. Les exemples de firassa effectués sur diverses personnes que j’ai exposé, vous montrent (bien que je n’ai volontairement pas voulu détailler) que la manière de procéder est totalement différente du « bodylanguage » enseigné par les non-musulmans. Étant donné qu’il est plus facile de déceler la virginité d’une femme que d’un homme, et que la virginité est une condition de mariage qui est imposée généralement par les frères, j’ai appris quelques points clefs à certains frères qui se comptent sur les doigts d’une seule main. Cela leur permettra in chaa Allah, de choisir l’épouse de leur choix sans se tromper.

Au passage, deux mariages se sont concrétisés il n’y a pas très longtemps, par le biais de cette page. Qu’Allah fasse perdurer Sa baraka dans leur union.

{[…] Tu les reconnaîtrais certes à leurs traits; et tu les reconnaîtrais très certainement au ton de leur parler. […] } (Sourate Mouhammad, verset 30).

Comme a dit le commandeur des croyants ‘Othmān ibn ‘Affān, ŕađiyallāhou ‘anh : « Nul ne cache un secret sans qu’Allah ne le fasse voir sur son visage et par sa langue qui fourche » [Tafsir Ibn Kathir].

Il a été rapporté de ‘Othmān ibn ‘Affān, qu’Allah l’agrée, qu’un homme traversa un marché et regarda une femme. Il se rendit ensuite chez ‘Othmān Ibn ‘Affān. Ce dernier vit l’homme et lui dit : « Tu me rends visite et je vois dans tes yeux les traces de la fornication ! » L’homme lui répondit : « As-tu reçu la révélation après celle du Prophète ?» ‘Othmān lui répondit : « Non ! Mais c’est raisonnement et firassa véridique ! »
[Histoire citée dans le Tafsir de at-Tabari, Tafsir an-Nissaburi, Ibn al Qayyim dans Madarij as-salikine 486/2, Ibn al Qayyim dans Al tourouq al houkoumiyyah page 43, Tafsir al Qourtouby, etc..].

Votre frère en Allah.

A propos de Tafsir Al Ahlam

Un site vous donnant accès à certaines sciences islamiques telles que la firassa et l’interprétation des rêves entre autres, connues de nos pieux prédécesseurs mais méconnues voire inconnues de la grande majorité des musulmans de notre époque.