1. »
  2. Firassa et...
  3. »
  4. Un face...

Lettre qu’un frère de 20ans a fait écouté à son bourreau l’ayant agressé sexuellement lorsqu’il avait 12ans, lors d’un face à face en ma présence. Un face à face particulièrement émouvant.

« Tu as détruit ma vie de l’intérieur au point où, je n’ai plus espoir. Avant de dormir, je pleure et en me réveillant, je pleure. Dans la journée, je pleure mais je dois faire comme si de rien était, je dois garder le sourire et cela me tue de l’intérieur.

Maintenant 8 ans que ça s’est passé et j’en souffre comme au 1er jour. Pire encore, plus je grandis et plus je prend conscience de la gravité et j’en pleure beaucoup plus.
Tu as volé ma jeunesse, ma joie de vivre au point où, je me demande parfois si la mort ne m’est pas préférable. Mais ALLAH est juste et aime les patients. La plupart des gens ont de bons souvenirs de leur enfance mais moi j’en suis traumatisé. J’y pense chaque jour et mon cœur se serre au point où j’en ressent des douleurs intenses. La souffrance se lit sur mon visage. Je ne sais pas ce qu’est la joie, à peine je passe un bon moment où je ris et les images me reviennent dans la tête et me revoilà pris de tristesse et de haine.
Si ALLAH me destine de me marier et d’avoir un garçon, j’appréhenderai lorsqu’il atteindra ses 12 ans. Je me demande si je ne serais pas traumatisé, comment je serais ? Comment vais-je réagir ? Vais-je toujours avoir peur pour lui et le sur-protéger ?

Quand tu viens à la maison, je ne peux rester dans la même pièce que toi. Je suis gêné de cette situation. Je ne sais pas comment tu fais et tu oses me serrer la main ?! Je ne te repousse pas par respect devant les autres. Pourquoi m’avoir fait ça ??? Un membre de ta famille !!! Parfois, j’ai des envie de meurtre au point où j’ai envie de te tuer. Je culpabilise, je me dis si seulement j’avais parlé plus tôt… Je t’en veux, tu m’as détruit mais c’est une épreuve d’ALLAH. Je l’accepte malgré la difficulté et la douleur.

Parfois je perds tout espoir, je me laisse aller, je passe des journées à ne rien faire, à pleurer, je n’ai aucune ambition et je me dit que je ne suis bon à rien. Je n’ai plus le sens de la communication, plus l’envie de rire alors que je voudrais mais j’ai ce blocage qui fait que même avec mes parents, je ne parle pas et ALLAH sait à quel point j’en ai envie. Ils ne sont pas au courant alors je ne peux leur livrer mon ressenti, ma douleur, mon blocage donc forcément ils ne comprennent pas mon comportement. Si je leur disais, cela tuerai ma mère de chagrin et mon père en serait malade.

Parfois, j’ai envie de monter sur les toits et crier haut et fort ma souffrance mais de toute façon aucun mot peut ne peut décrire ma souffrance tellement celle-ci est immense.
Mais malgré tout ALHAMDOULILLAH, ALLAH est juste et j’attends le jour des comptes.

Pour finir je voudrai remercier le frère qui m’a aider à me libérer de ce fardeau. Qu’ALLAH le récompense. Je voudrai également donner un conseil à tout ceux qui garde une souffrance en eux telle qu’elle soit. Parler, libérer vous de ce poids. Aujourd’hui, je ne peux pas vous dire que je suis guéri, je vais un peu mieux alhamdoulillah, mais surtout j’ai le sentiment du devoir accompli.

Invoquez pour moi s’il vous plaît et pour toute les personnes qui souffrent. Qu’ALLAH vous récompense. »

A propos de Tafsir Al Ahlam

Un site vous donnant accès à certaines sciences islamiques telles que la firassa et l’interprétation des rêves entre autres, connues de nos pieux prédécesseurs mais méconnues voire inconnues de la grande majorité des musulmans de notre époque.