1. »
  2. Firassa et...
  3. »
  4. Les femmes...

Apprenons le profilage à travers des méditations coraniques…

Sur plusieurs années, ce que j’ai pu percevoir chez des milliers de familles musulmanes durant les roqyah, c’est que les femmes qui ont le plus d’enfants sont majoritairement les plus souriantes. Il y a aussi un lien très fort avec la générosité : une femme souriante aura plus tendance à vouloir enfanter, afin de donner de son temps et son amour pour ses enfants, qu’une femme grincheuse qui n’est pas de nature à sourire.
D’ailleurs, un hadith du prophète saws nous montre le lien qu’il peut avoir entre le sourire et la générosité :

 » Sourire au visage de ton frère est une aumône  » [hadith hassan rapporté par tirmidhi n°1956].

A noter que les gens qui ne sourient jamais sont, par ailleurs, très avares.

Mais qu’en est-il du rapport avec la fertilité ?
Il faut savoir que les femmes ne souriant que très rarement ont des problèmes d’anxiétés et psychologiques, d’où l’influence hormonale de ce stress sur l’appareil génital de celles-ci.
La femme stressée sera donc moins fertile que celle qui ne l’est pas.

D’après des recherches, les scientifiques affirment que les gens qui ont tendance à sourire et à être heureux n’ont presque pas de problème psychologique.
De même, leur santé est moins sujette aux maladies et vivent plus longtemps !

SoubhanAllah, nous pouvons également voir dans le Coran le rapport qui puisse exister entre le sourire et la femme ainsi que l’enfantement.

« Sa femme était debout, et elle rit alors ; Nous lui annonçâmes donc (la naissance d’) Isaac, et après Isaac, Jacob. « (S11V71)

Les personnes souriantes sont en général des gens qui n’ont pas d’orgueil, contrairement à ceux dont il vous est difficile d’obtenir leur sourire.

Ibn Batal disait :  » rencontrer les gens avec un visage ouvert et souriant fait partie du comportement des prophètes. Le sourire est contraire à l’orgueil et apporte de la douceur « .

Ne sais-tu pas que le sourire est une science qui s’étudie par les scientifiques afin d’améliorer les relations humaines ?
Sourire renforce les liens et attire les cœurs. Nous avons en nous des composants chimiques propres à chaque humeur, tels quel la peur, la tristesse ou la joie. Et lorsque notre prochain nous parle en souriant, les composants négatifs résultant de la peur ou de la tristesse, diminuent au plus bas niveau et la sensation de bien-être prend place. Oui ! Le sourire est une aumône.

Le sourire est chose importante et fait partie d’un des points de réussite dans la vie. Lorsque nous sourions, nous utilisons 5 à 13 muscles de notre visage, mais dans le cas contraire, lorsque le visage est renfrogné, il y a 47 muscles du visage qui se contractent.

Méditons sur le sourire du prophète Souleymane ‘aleyhi salam :

« Quand ils arrivèrent à la Vallée des Fourmis, une fourmi dit : « Ô fourmis, entrez dans vos demeures, [de peur] que Salomon et ses armées ne vous écrasent [sous leurs pieds] sans s’en rendre compte ». Il sourit, amusé par ses propos et dit : « Permets-moi Seigneur, de rendre grâce pour le bienfait dont Tu m’as comblé ainsi que mes père et mère, et que je fasse une bonne œuvre que tu agrées et fais-moi entrer, par Ta miséricorde, parmi Tes serviteurs vertueux ». » (Sourate les fourmis V18 et 19)

1/ Le sourire du puissant prophète Souleymane ‘aleyhi salam, nous montre une modestie dépourvue d’orgueil. Le sourire du puissant et fort ayant une armée imbattable, envers le faible (la fourmi en l’occurence) apeuré, démontre qu’il ne souhaite pas nuire à cette dernière.
Le sourire de Souleymane est ainsi apaisant pour la fourmi.
Ceci nous indique en outre que les animaux ressentent nos émotions. Nous devons donc les apaiser, être juste, miséricordieux et indulgent envers eux, alors que dire en ce qui concerne les êtres humains ?

2/ Ce passage témoigne de la justice de Souleymane, d’un roi, d’un dirigeant, envers le pauvre, faible qui souhaite uniquement être prémuni du mal du dirigeant, d’où les faits et gestes de la fourmi.

3/ Le sourire du prophète Souleymane nous apprend qu’il est impressionné par cette petite créature si faible, dans la manière dont elle procède, apeurée, pour préserver le reste des fourmis.
Lorsque vous êtes impressionné par une créature, un animal, n’avez-vous pas le réflexe de le faire suivre par un sourire ? Un puissant roi et Prophète, s’intéressant à une fourmi, montre ici un signe de modestie, de miséricorde et de justice.

4/ Résulte du sourire de Souleymane ‘aleyhi salam, la préservation du royaume des fourmis de la destruction.

5/ Le sourire de Souleymane nous enseigne que les demandes des faibles et des opprimés doivent être prises en compte quelles qu’elles soient.

6/ Aux dirigeants de sourire devant leurs généraux, à leur peuple, aux forts comme aux faibles, aux riches comme aux pauvres et non qu’à ses rapprochés et d’agresser le peuple, en situation de faiblesse et qui n’a de force que par Allah.

7/ Le sourire de Souleymane montre la justice envers les humains et les animaux. Chacun y a son droit.

8/ Le sourire de Souleymane décrit sa grande sensibilité. Un Prophète et roi, qui ressent les moindres cris de détresse même venant des créatures les plus faibles.

9/ Les paroles de la fourmi nous informent que dans le royaume de Souleymane, il s’y trouve des personnes qui sont indifférentes par rapport à ce que les fourmis peuvent ressentir, sans forcément avoir l’intention de les opprimer car le royaume de Souleymane est juste :

« Ô fourmis, entrez dans vos demeures, [de peur] que Salomon et ses armées ne vous écrasent [sous leurs pieds] sans s’en rendre compte. »

Cela est une grande leçon sur l’exemple du gouverneur juste !

10/ Le bon soupçon de la fourmi envers le royaume de Souleymane révèle qu’il n’y a pas de trahison dans celui-ci et pas de coup d’état. Il en résulte un état fort. Un état fort est un état nettoyé de toute trahison intérieure.

11/ Le bon soupçon de la fourmi envers le royaume de Souleymane, atteste qu’un peuple doit garder le bon soupçon envers un dirigeant juste, musulman et croyant, qui établit la justice et fait régner les lois d’Allah. Ceci afin d’éviter toutes fitnas intérieures et divisions, mettant ainsi fin à un règne bénéfique, pieux et puissant, où règne paix, sécurité et sérénité.

Quelle est la différence entre le sourire et le rire (rigolade) ?

Attention ! Le profilage d’une personne en fonction des circonstances de son sourire est différent de celui du rire/rigolade !
Par ailleurs, il ne faut pas confondre les sourires sincères avec ceux hypocrites, bâtis sur des ruses et des trahisons..

Le profil du sourire sincère :

La joie et le bonheur, l’apaisement intérieur, la confiance en soi, la générosité, la modestie.
Chez la femme, sourire peut-être synonyme de gêne, pudeur, timidité.

A- Dans la forme :

Le sourire : geste délicat faisant paraître les dents et parfois les gencives.

Rire : geste brusque faisant paraître la bouche entière, allant jusqu’à découvrir la langue jusqu’à la trachée.

B- Dans le fond :

1/ Le sourire est un état de joie, tandis que le rire peut être un rire de douleur.

2/ Le sourire est une émotion profonde intérieure constante, tandis que le rire est une émotion soudaine et temporaire.

3/ Les effets de bien être du sourire demeurent sur l’individu, tandis que les effets du rire sont très éphémères. Ne dit-on pas :  » du rire aux larmes ? »

4/ Le souriant est modeste tandis que celui qui « éclate de rire » souvent est orgueilleux.

5/ Le sourire est plus difficile, car c’est un état comportemental à adopter avec tout type de personne, tandis que le rire né entre des personnes à nature comportementale rapprochée.

En conclusion nous dirons que les personnes qui rigolent beaucoup sont celles qui sont les plus malheureuses.
En somme, trop rire n’est pas quelque chose que le Coran a loué :

« Qu’ils rient un peu et qu’ils pleurent beaucoup en récompense de ce qu’ils se sont acquis »(S9V82)

Votre frère en Allah

A propos de Tafsir Al Ahlam

Un site vous donnant accès à certaines sciences islamiques telles que la firassa et l’interprétation des rêves entre autres, connues de nos pieux prédécesseurs mais méconnues voire inconnues de la grande majorité des musulmans de notre époque.