1. »
  2. Roqia
  3. »
  4. Les pseudo-raqis...

Depuis quelques années déjà, des pseudo-raqis apparaissent en masse en particulier sur internet. Ils se lancent dans la roqia sans mesurer les risques qui peuvent en découler.

En effet, il faut savoir que le raqi doit posséder un minimum de foi et de science pour exercer la roqia. Le raqi n’a pas le droit à l’erreur car les shayatines sont susceptibles de se retourner contre lui.

Allah dit :

{Et ceux qui dépensent leurs biens avec ostentation devant les gens, et ne croient ni en Allah ni au Jour dernier. Quiconque a le diable pour compagnon, quel mauvais compagnon !} [Sourate 4 verset 38].

Et Il dit :

{Il n’a aucun pouvoir sur ceux qui croient et qui placent leur confiance en leur Seigneur. Il n’a de pouvoir que sur ceux qui le prennent pour allié et qui deviennent associateurs à cause de lui} [Sourate 16 versets 99 et 100].

Et Il dit :

{Certes, sur Mes serviteurs tu n’as aucun pouvoir sur eux (…)} [Sourate 17 verset ].

Et Il dit :

{Et celui qui s’écarte du rappel du Tout-Miséricordieux, Nous lui assignons un diable qui devient son compagnon} [Sourate 43 verset 36].

En conséquence, nous pouvons affirmer, de façon générale, que lorsque la personne manque de connaissance et de piété, chaytane à un pouvoir sur elle.
Rien d’étonnant donc de constater que pléthores de ces individus soient eux-mêmes atteints par le mal occulte. Ceci en majorité à cause des désobéissances et/ou d’une défaillance dans la doctrine (‘aqidah), en particulier dans le sujet du Tawhid.
Quant à se défendre en argumentant avec le fait que le prophète (saws) fut lui-même touché alors qu’il est la meilleure des créatures, cette ambiguïté sera répondu dans un article à part entière inshaAllah.

Il est, par ailleurs, sidérant de pouvoir observer, notamment sur le net, des petits réseaux en bande mal organisée de raqi/raqiyate proposant leurs services à tout va sans même mentionner ne serait-ce qu’une parole divine ou prophétique ! A bien des égards, il s’avère que ces derniers se lancent en réalité dans une véritable course aux richesses,

{La course aux richesses vous distrait jusqu’à ce que vous visitiez les tombes} [Sourate versets 1 et 2].

et non dans la course aux bonnes œuvres.

{(…) Concurrencez-vous dans les bonnes œuvres (…)} [Sourate 2 verset 148].

{Et concourez au pardon de Votre Seigneur et à un jardin large comme les cieux et la terre, préparé pour les pieux.} [Sourate 3 verset 133].

{(…) Que ceux qui la convoitent rentre en compétition !} [Sourate 83 verset 26].

Cette triste réalité concerne également les femmes !
D’ailleurs, vous pouvez remarquer que les femmes qui s’engagent dans la roqia ont, pour une grande partie d’entre-elles, des problèmes d’égo et/ou psychologiques.
Ce fléau existe aussi chez les hommes mais demeure plus présent et de manière plus flagrante au sein de la communauté féminine.

Celles-ci justifient le fait que la femme est habilitée à pratiquer la roqia en utilisant le hadith où une femme demanda au prophète saws la permission de pratiquer la roqia qu’elle avait l’habitude de faire avant l’islam. Celui-ci (saws) lui autorisa à condition que la roqia ne contienne pas d’association à Allah (shirk).
Cependant, la suite du hadith ne fait pas mention de la roqia concernant les maux occultes !
Cette femme utilisaient effectivement des fourmis qu’elle posait sur les jambes de celles qui souffrent d’un rhumatisme.

Vous ne trouverez nul part dans le Coran, la Sunnah ou dans l’histoire islamique, datant de l’époque du prophète (saws) jusqu’à celle des pieux prédécesseurs, des femmes  » raqiate  » faisant la roqia à d’autres femmes pour des maladies occultes. (Je dis bien roqia CONTRE LES MAUX OCCULTES et non contre les maladies organiques).

Quant au hadith dans lequel ‘aïshah (r.’a.), aidait le prophète (saws) lorsqu’il souffrait, il démontre justement que cette pratique est spécifique au mari et ne s’étend pas aux étrangers.

La femme peut donc pratiquer la roqia sur elle-même, sur son mari et ses enfants mais pas sur des étrangers wa Allahou a’lam.

Certains sont contre le fait que la femme puisse exercer la roqia pour plusieurs raisons :

– La femme  » raqia  » peut avoir ses menstrues en pleine séance.

– Lors d’une roqia pour un cas de possession, elle peut se retrouver seule à avec un djinn. On rapporte du prophète (saws) ces paroles :

« Que l’un d’entre vous n’entre pas auprès d’une femme dont le mari est absent sauf en ayant avec lui un homme ou deux ». [Mouslim]

« Il n’y a pas un homme qui ne s’isole avec une femme sans que le shaytan soit le troisième d’entre eux ». [Tirmidhi]

En outre, celui-ci peut par conséquent se montrer plus vulgaire et employer des ruses dites « de séduction » face à cette « raqia ».
En somme, n’est-ce pas la femme qui se plaint la plupart du temps, d’être attaquée par djinn pervers ?

– Toujours dans un cas de possession, il apparait souvent que la force physique de la personne touchée soit décuplée. Comment une femme serait-elle capable de maitriser à elle-seule (même en étant accompagnée d’une ou deux soeurs) la personne touchée alors que plusieurs frères bien portants arrivent difficilement à gérer ce genre de situation ? Et comment réagiront-elles si le malade tente de se jeter par la fenêtre ?!

– Nombres de raqis deviennent orgueilleux, impatients voir avares au fur et à mesure des séances de roqia. Que dire alors de la femme qui est émotivement plus faible ?

Je me rappelle d’une soeur, qui, il y a très longtemps, m’avait demandé conseils ainsi que des informations afin de la former dans le but d’exercer la roqia. J’ai bien entendu gentillement refusé, pour ensuite être insulté de sa part de  » bakhil  » (quelqu’un d’avare).
J’ai recroisé virtuellement cette soeur 6 ans après cette scène, et j’apprends que depuis de nombreuses années, elle exerce la roqia ! Je la questionne sur sa manière de faire et je m’aperçois qu’elle n’a aucune science dans ce domaine et ne possèdent pas les caractéristiques nécessaires. Je découvre aussi quelque chose de très choquant. La discussion a devié sur le sujet du coeur et j’ai perçu en elle un coeur malade, rongé par l’orgueil. Je lui demande donc avec tact :  » Est-ce que les compagnons du prophète (saws) sont meilleurs que toi ?  » Elle reconnue que les compagnons du prophète (saws) étaient meilleurs qu’elle et ce, après avoir débattu avec moi pendant 45 minutes ! Cette soeur a finalement arrêté la roqya, voyant que son manque de foi fut la cause d’attaques de diables à son encontre. L’impact a atteint son moral, sa santé ainsi que ses propres enfants.

Voilà le danger de se lancer dans la roqia sans science et sans une foi adéquate !

Je ne connais pas un seul raqi ou pseudo-raqia, qui ne se soient aventurés dans ce domaine avec ignorance et/ou manque de foi, sans en avoir subi de fâcheuses conséquences…

Dernièrement, un frère (qu’Allah le préserve) à reçu une attaque plus ou moins violente d’un diable qui tentait de le posséder, et ce, dû à une petite insouciance aux invocations protectrices. Néanmoins, Allah l’en a préservé wal hamdoulillah. Le frère raconte la scène suivante :

 » Je traitais le cas d’une femme depuis plusieurs jours, un cas grave de sorcellerie qui s’appelle  » sihr el qatl  » ( sorcellerie pour assassiner la personne ). La patiente s’en est remise après beaucoup d’efforts al hamdoulillah. Quelques jours après je prends mon repos. Une nuit parmi les nuits, je ressens quelque chose d’anormal au niveau des battement de mon coeur. Je m’aperçois que mon corps s’engourdit et j’ai la sensation que je vais perdre connaissance et que je vais m’évanouir. Etant seul chez moi, je n’ai su quoi faire à part m’en remettre à Allah. En sachant pertinemment que je recevais une attaque diabolique, mon premier réflexe avant l’évanouissement (sar3) à été de dire Allahou akbar la illaha illa Allah, et d’allumer le Coran en boucle sur mon téléphone. Il était 4h du matin. Je m’allonge sur le dos prêt à accueillir ce qu’Allah me destine. Je perds connaissance mais je sens aussi que je suis légèrement en état d’éveil. Mes yeux étant fermés, j’ai une vision comme d’une spirale et j’entends des bruits de tambours autour de moi. Ma bouche se contracte ainsi que ma langue et je ressens qu’elle s’ouvre puissamment, comme si quelque chose essayait d’y rentrer de force. Je perds profondemment connaissance par la suite et je me réveille en sursaut, en tremblant, j’entends mon téléphone le Coran tournant encore. Je ressens une douleur au niveau des mâchoires et de la langue comme après avoir été longuement ouverte. Je m’aperçois par la suite que le diable n’a pas réussi à rentré en moi par la bouche et je remercie Allah du fond du coeur pour m’avoir préservé d’une violente attaque que je n’ai jamais eu en presque 10 ans d’expérience dans la pratique de la roqia. Je me rendors et cette fois-ci les attaques sont continues dans mes rêves, où je récite ayat El kursy devant des inconnues qui veulent m’en empêcher en m’étranglant. Je me réveille en sursaut avec la sensation que l’on m’a réellement étranglé ! J’ai déjà eu quelques attaques, mais en 10 ans je n’en ai jamais eu de la sorte.  »

Voyez-vous ? Un petit moment d’insouciance à mis le frère en réel danger, alors que dire de ceux qui s’avancent dans ce domaine sans aucune maîtrise et sans aucune science ? Que dire de ceux qui s’avancent dans ce domaine uniquement pour s’enrichir ? Que dire de ceux qui s’avancent dans ce domaine uniquement pour la notoriété ?

Le diable désire faire d’une pierre deux coup. Il ne visera pas uniquement ce raqi ou cette pseudo-raqia. Il essayera de déchirer sa famille, s’en prendra à ses enfants, sa femme, pour probablement finir par lui.
Ceci peut provenir d’un châtiment d’Allah pour ceux et celles qui s’aventurent dans une chose sans en avoir les capacités et la sincérité requises.

Pensez-vous que les diables sont tous des imbéciles ? Détrompez-vous, ils sont pour un grand nombre d’entre eux très malins et très bien organisés ! Ils étudient le fils d’Adam pour savoir comment lui nuire ! Oui, il y a des étudiants parmi les diables qui étudient la science de la nuisance et les failles de l’humain.
Des recherches personnelles dans le monde des sorciers et des diables m’ont fait découvrir des choses bien plus choquante !

En effet, le diable et le sorcier profilent le tempérament et le caractère de la victime afin de lui envoyer un diable particulier et une sorcellerie particulière qui correspondra parfaitement à celle-ci. Notez que les wassawas du diable ne sont jamais les mêmes. Ils diffèrent en fonction des victimes.
Ce sont des groupes de diables spécifiques, entraînés, qui analysent les failles de la victime. Ils ont des entraînement très spéciaux sur la manière de faire des noeuds dans certains endroits du cerveau lié au subconscient et dans le ventre de la victime. Ils sont aussi formés dans la manière d’entrer dans le corps de la victime par la bouche dans le cas d’une sorcellerie bue ou mangée.
Ce ne sont que des groupes de diables ayant des entraînements presque militaire très élevés et bien organisés. Les diables font parvenir le mal à la personne visée tout comme les bactéries et les parasites affectent un être vivant. C’est d’ailleurs une maladie comme tout autre maladie.
La seule solution est de se tourner vers Allah (sbwt). Les diables sont les munitions du sorcier tout comme les balles sont les munitions des fusils.

Ibn al qayim dit : « Pour cela, à chaque fois qu’un sorcier prend des degrés dans la mécréance et dans le mal et dans le combat contre Allah, plus sa sorcellerie sera puissante. C’est pour cela que la sorcellerie de ceux qui adorent les statues est plus forte que celle des sorciers des gens du livres, et la sorcellerie des juifs est plus puissante que la sorcellerie de ceux qui se disent de « l’islam », et ce sont eux qui ont ensorcelé le prophète (saws) ». [bada2i3 El fawa2id 2/758].

Il y a 4 catégories de diable liées à 4 types de tempérament humain :

– Le djinn « nari » (djinn de feu).
Si la personne est de tempérament nerveuse et émotionelle, ça sera ce type de djinn qui sera envoyer par le sorcier. En générale, la personne sera facilement affectée par des maux de tête et sombrera dans des colères noires.

– Le djinn des airs ou volant.
Ce sont les sorcelleries écrites qui sont accrochées à des arbres dont la condition du sorcier et que l’air touche le talisman. Souvent, les gens touchés par cela ont des problèmes respiratoires et des gonflements anormaux du ventre.

– Le djinn el ma2i (djinn des eaux).
La sorcellerie qui peut en découler, est placée dans une bouteille et jetée en mer. Le malade sentira des engourdissements et la sensation que la terre bouge. Il pourra manifester des problèmes de circulation sanguine et des vomissements qui mènent à l’anoréxie.

– Le djinn et tourabi (djinn terrestre).
Ce sont en générale des djinns prenant l’apparence d’humains ou d’animaux et ils sont liés à une sorcellerie que le sorcier ordonne d’enterrer dans des endroits infréquentable, particulièrement les tombes. Cette personne a souvent des douleurs articulaires et aux os, notamment les organes.

Pour les cas de sorcellerie noire, les sorciers profilent leurs proies et étudient leur tempérament.
Ils procèdent à des investigations à peine croyables et enquêtent sur la victime avant de lui approprier une sorcellerie spécialement conçue !

D’ailleurs, la première chose dont ils ont besoin est le nom de la mère de la victime car les diables peuvent, de ce fait, obtenir des informations plus facilement sur la vie de la victime. Un père peut être absent mais une personne sera toujours en contact de sa mère. C’est une sorte d’identifiant fiable pour les diables.

Il y a, en outre, deux types de sort :

– un sort où le sorcier s’aide de diables en effectuant par exemple des sacrifices et en récitant des incantations.

– un sort qui ne nécessite pas l’aide des diables.
Ce type de sort peut être accompli par n’importe quel individu, pas nécessairement un sorcier car le mal peut émaner des diables que le sorcier envoie mais aussi du « nefs » (âme) de la personne qui effectue le sortilège.
[D’ailleurs, le prophète (saws) n’a pas été touché par un diable lors de sa maladie car le nefs du juif qui l’a ensorcelé était suffisamment noire pour atteindre le prophète (saws) en utilisant, de surcroît, un sortilège fait de onze nœuds fabriqué à partir des poils et cheveux du prophète (saws).
De là, sont descendues les sourates protectrice. Comme mentionné dans le hadith, à chaque fois qu’un verset était récité, un nœud s’annulait. Et les sourates 113 et 114 comportent 11 versets.
Par ailleurs, j’ai remarqué que le fait de réciter en continuité ces deux sourates avaient un effet puissant sur le malade].

C’est la raison pour laquelle d’innombrables personnes ensorcelées ne réagissent pas forcément violemment lors de la roqia.
Cette part d’ignorance amène certains raqis à penser que la personne n’a rien et s’arrêtent donc de réciter.
Pourtant, il existe une manière subtile de détecter ce genre de sorcellerie et d’en débarrasser le malade avec l’aide d’Allah. Néanmoins je ne la dévoilerai pas en public inshaAllah.

Ceci n’était que des exemples d’explications dont le but était de faire comprendre aux musulmans qui souhaitent s’engager dans le combat contre les démons qu’ils se doivent, d’une part, de craindre Allah et, d’autre part, de faire des efforts dans l’apprentissage car la science de la roqia est plus vaste et plus complexe que ce que les gens peuvent trouver sur YouTube ou dans les librairies islamiques.
Ceci dit, nous donnerons de plus amples explications dans de prochains écrits inshaAllah.

wa Allahou a’lam

Votre frère en Allah.

A propos de Tafsir Al Ahlam

Un site vous donnant accès à certaines sciences islamiques telles que la firassa et l’interprétation des rêves entre autres, connues de nos pieux prédécesseurs mais méconnues voire inconnues de la grande majorité des musulmans de notre époque.