1. »
  2. Firassa et...
  3. »
  4. Épisode 13...

Réponse aux conspirateurs(trices) qui cherchent à semer le doute dans leur demande de « dalil » concernant la firassa et la précision du profilage.

Il est temps de détruire définitivement une ambiguïté utilisée par les suppôts du diable parmi les hypocrites faufilés dans la communauté musulmane, afin de discréditer, d’accuser, de calomnier et de semer le doute dans le cœur des gens qui lisent les publications sur la science de la firassa et du profilage. C’est une manière d’éteindre la lumière de la da3wa à travers leurs propos, une tentative de discréditer l’auteur, afin que ses rappels soient discrédités.

« Ils veulent éteindre avec leurs bouches la lumière d’Allah[…] »(S9V32)

Les hypocrites ont souvent tendance à demander « le dalil » sur des publications qui les dérangent, telles que ceux de la firassa ou encore ceux concernant les hypocrites. Deux sujets qui se rejoignent sur un point commun :

– le premier qui est celui d’apprendre à profiler,

– le deuxième qui traite directement des critères des hypocrites.

Mais parlons de celui de la firassa et du profilage, particulièrement sur ma manière de profiler, ou un ou deux hypocrites ont demandé en commentaire : « y’a t-il des dalils ? » ou encore pour semer le doute et les suspicions à mon encontre « pourquoi vous ne voulez pas dire comment vous avez su des choses très personnelles chez la personne que vous avez profilé ? ».

Attention, je ne dis pas que tous ceux qui cherchent à comprendre et à savoir sont des hypocrites, loin de là. Car il y a des gens qui questionnent pour comprendre, et d’autres (les doubles facettes) qui « questionnent » subtilement pour accuser de manière sournoise.

Profilons-les ;

Il faut savoir que les ignorants se divisent en deux catégories :

1/ les ignorants sincères :

Ce sont des gens qui cherchent à comprendre à travers leurs questions, qui veulent apprendre. Nous les reconnaissons à leur manière de tourner leurs phrases et d’écrire.

Exemple :

– « Est-ce que tu peux nous expliquer s’il te plaît ta manière de procéder ? C’est fort intéressant et à vrai dire c’est un sujet dont je n’ai jamais entendu parler, et j’aurais aimé en savoir plus, jazakallahokheir. »

Ce sont des personnes qui, lorsque vous leur rapportez des explications claires ou des dalils, ils s’en contentent. Ainsi, la discussion avec eux est souvent très courte, et elle se finit par « barakallahofik pour tes explications », sans aucun débat, ni polémique. Avec ces gens-là, je ne compte pas mon temps, et je réponds volontiers à leurs questions en y mettant le cœur.

2/ les ignorants hypocrites :

Ce sont des langues mises au service du diable, et utilisées contre la religion d’Allah. Bien qu’en apparence ils vous donneront l’impression de suivre « les dalils » comme ils disent. Avec leurs questions, ils veulent donner l’impression d’être dans une démarche sincère afin de comprendre et d’apprendre, mais l’intention est tout autre. Ils veulent calomnier et discréditer de manière très sournoise. Ils prônent la neutralité dans leurs questions, mais les tournures de questions les rendent accusatrices et sèment le doute sur la cible. C’est très maléfique comme procédé. Ce sont des diables humains qui ne questionnent pas à la manière d’un élève qui veut comprendre, mais à la manière d’un juge qui veut trancher et juger, comme si vous étiez dans leur tribunal virtuel.

Nous pouvons les détecter en un clin d’œil rien qu’à leurs tournures de phrase :

– « As-tu des « dalils » sur ta manière de profiler ? C’est assez intriguant comment peut-on savoir le « ghayb », je n’accuse de rien du tout je cherche juste à comprendre ? »

– « Est ce que tu peux nous expliquer comment tu as fait akhi ? Je pense que si tu n’as rien à te reprocher tu pourrais apporter des explications claires. »

– « Il faut être très pieux pour avoir un tel don, une karama d’Allah (don d’Allah), et certains savants et des pieux salafs les ont eus, mais toi comment peux-tu connaître des choses très précises des personnes profilées ? »

– « Le refus clair d’expliquer est la réponse de ceux qui ont quelque chose à se reprocher, et la censure injustifiée aussi. »

– « C’est de notre droit de questionner car nous ne voulons pas faire de suivis aveugle. » (Comprenez que les hypocrites parlerons toujours au pluriel « nous » pour donner l’impression de parler aux nom de tous les membres, laissant croire qu’ils sont des porte-paroles d’une masse, alors qu’ils ne représentent qu’eux même).

– « On peut comprendre que tu puisses connaître des choses à travers les traits du visage de la personne et de ce qui apparaît, mais comment de loin pourrais-tu connaître tant de détails ? »

Il est inutile de répondre à ces hypocrites, car si vous leur donnez des explications même des dalils, ils trouveront toujours à les négocier. Ils chercheront toujours à rebondir sur autre chose et faire comme s’ils n’avaient pas lu les explications. Leur intention n’est pas de comprendre, mais de calomnier ! Cela ne les arrangera pas que vous puissiez leur clouer le bec avec des explications tranchantes. Ils dévieront sur d’autres choses, des techniques de déstabilisation, des hors sujet, etc.. Ce qui créera une polémique sans fin.

A ces gens-là bien entendu que je ne répondrai jamais. Je n’ai pas pour habitude de censurer les commentaires, si ce n’est les commentaires irrespectueux, ou les commentaires à tournure de phrase calomnieuse.

Je vais maintenant bi idhni llah répondre et enterrer définitivement les moyens dont ces hypocrites se servent pour salir l’image des croyants et les calomnier de manière très sournoise et maléfique. En sachant qu’avec les hypocrites, vous n’avez pas le droit à l’erreur, il faut être parfait, car si vous avez le malheur de montrer une dureté ou une légère manière colérique de répondre, (ce qui peut arriver pour un humain normalement constitué) ils n’hésiterons pas à s’en servir contre vous pour fausser votre portrait et ainsi dire que vous manquez de sagesse face à « un ignorant », pour faire croire que vous avez un comportement exécrable. Ils n’ont aucune limite, ces diables sont à l’affût de vos moindre faits et gestes afin d’utiliser vos failles, ne leur donnez jamais le bâton pour qu’ils vous tapent dessus.

1/ La base de la religion, c’est que tout est permis sauf ce que les textes sacrés (dalils) interdisent. Et la base est le bon soupçon sauf preuve du contraire. Mais pour les hypocrites, vous êtes suspicieux sauf preuve du contraire. C’est pour cela que lorsque je leur réponds : à vous de prouver avec le coran et la sunnah comme vous dites, que ma manière de procéder est illicite. Étrangement, je n’ai aucune réponse. D’ailleurs, le prophète saws dit dans un hadith authentique :

« Présentez-moi vos roqya, il n’y a pas de problème dans les roqya tant qu’elles ne contiennent pas de shirk. » [Muslim n° 2200]

Ce hadith montre que la base d’un est acte la permission, sauf lorsqu’un interdit prend place. Les hypocrites savent pertinemment que tout ce qui n’est pas forcément lié au coran et à la sunnah n’est pas forcément interdit. Bien que le coran et la sunnah n’évoquent pas forcément la manière de faire pour aider autrui, ces derniers demandent « le dalil », pour mettre la cible dans l’embarras et ainsi dire : « Vous voyez ! Il ne peut pas rapporter de dalil ! C’est douteux ! »

Qu’Allah les extermine. La meilleure manière de répondre à ces suppôts du diable, c’est de retourner leurs paroles contre eux et de leur demander eux même de prouver avec dalil que telle ou telle pratique est illicite, ils seront eux même dans l’embarras.

2/ Le refus de donner certaines explications quant à la science de la firassa et de la manière dont je profile avec précision, n’est pas un dalil qui fait de moi quelqu’un qui a quelque chose à se reprocher. Il faut que les hypocrites comprennent que leur ignorance n’est pas un dalil en soit qui prouvera le doute d’une pratique. Il est permis de ne pas divulguer certaines sciences pour certaines sagesses comme le prouve le hadith (je résume) où le prophète saws n’a pas autorisé à Mu’adh à dévoiler le fait que nous sommes sauvés par la ilaha illa Allah de peur que les gens ne se contentent que de cela (qu’ils comprennent qu’une simple parole suffit alors que non). Et je considère que certains points sur la science de la firassa et du profilage ne doivent pas être dévoilés afin qu’ils ne soient pas utilisés par des gens mal intentionnés. Le refus d’explication n’est pas forcément la méthode utilisée par ceux qui ont quelque chose à se reprocher. Parfois, face aux ignorants il est préférable de délaisser la discussion.

Comme le somme le verset 63 de la sourate 25  » wa idha khatabahoumoul jahilouna qalou salama « .

« lorsque les ignorants s’adressent à eux, disent : « Paix »  »

3/ Le hadith qui dit de craindre la firassa du croyant car il voit avec la lumière d’Allah, montre que la firassa n’a pas de limite (distance ou pas). Autrement, cela reviendrait à limiter la lumière qu’Allah donne aux croyants. Il faudrait donc que les hypocrites amènent un dalil qui démontre une limitation du don d’Allah. (Bien que je n’aie jamais proclamé avoir un don)

4/ Les hypocrites disent que pour être capable d’en arriver là, il faut être très pieux ou avoir une karama (don) d’Allah. Donc comment pourrais-je profiler avec précision ?

Réponse : est-ce que les hypocrites me connaissent pour juger de ma piété ou non ? (Bien que je ne me considère pas comme pieux mais uniquement comme un simple croyant in chaa ALLAH).

5/ On parle de suivi aveugle lorsqu’il est question d’être suivi dans l’égarement. Les hypocrites pourraient-ils nous apporter des dalils montrant un égarement manifeste ?

Conclusion : lorsque les hypocrites n’ont pas de quoi prouver leurs accusations, ils se dirigent vers les insultes à mon égard et à l’égard de ceux qui me lisent. JAMAIS les hypocrites ne seront capables de confronter avec science et dalils.

Pour finir, à ceux qui se plaignent d’avoir leurs commentaires supprimés, ils doivent comprendre que parfois, on peut perdre patience face à certaines accusations gravissimes.

Votre frère en Allah.

A propos de Tafsir Al Ahlam

Un site vous donnant accès à certaines sciences islamiques telles que la firassa et l’interprétation des rêves entre autres, connues de nos pieux prédécesseurs mais méconnues voire inconnues de la grande majorité des musulmans de notre époque.